Faut-il ou non que les petits francophones expatriés scolarisés dans une école locale ou internationale (non francophone) suivent le programme du CNED* de leur âge pour apprendre le français ? Est-ce faisable ? Est-ce adapté ? Et sinon, quelle est l’alternative ?

CNED : centre national d’études à distance

Evaluer vos besoins et votre disponibilité pour l’apprentissage du français de votre enfant

L’expérience et la pratique de l’enseignement du français chez les jeunes francophones expatriés scolarisés en écoles catalanes, espagnoles, et anglaises m’ont permis de remettre en question les méthodologies employées et de les adapter pour servir au mieux l’intérêt de l’élève.

En effet, beaucoup d’académies pour petits francophones expatriés recommandent de suivre les cours du CNED / Cours Legendre en parallèle de la scolarisation en école locale ou internationale. C’est malin : le programme est déjà tout prêt, il est prévu pour une scolarisation à domicile, les contenus sont déjà faits et l’académie est sûre de proposer un syllabus équivalent à l’éducation nationale française.

Oui, mais voilà…

  • Est-ce que ce programme est adapté au niveau de français de votre enfant ?
  • Est-ce que votre enfant est scolarisé à domicile ?
  • Est-ce que les contenus sont différents de ceux de l’école ou identiques mais répétés en français ?
  • Est-ce que votre enfant a le temps, l’énergie et la volonté pour suivre une double scolarisation : une en français et une dans la langue de son école ? (4 heures par semaine environ)
  • Est-ce que vous avez, vous parents, le temps de prolonger cet apprentissage à la maison ?

Certains répondent positivement à ces questions et peuvent alors suivre le programme proposé par le CNED sans difficulté. D’autres parents ne peuvent pas : pas le temps, pas l’envie d’imposer un apprentissage peut être rébarbatif et pas envie de répéter deux fois une année scolaire dans 2 langues différentes. C’est pour ces parents dont les réponses aux questions précédentes sont NON que cet article est écrit. En effet, il existe des méthodologies tout aussi efficaces en progrès et en acquisitions de compétences orales et écrites en français que celles proposées par le CNED.

L’arbre des langues indo-européennes

Apprendre une langue, c’est communiquer à l’oral et à l’écrit

Vos enfants apprennent à lire et à écrire dans leur langue de scolarisation : catalan, espagnol, anglais, allemand, italien… ou tout autre langue indo-européenne à l’alphabet latin qui puisse introduire des éléments contrastifs. Cela permet à votre enfant de ne pas passer par les premières années du CNED et de se servir de ses acquis pour apprendre à lire, comprendre l’orthographe et maîtriser la grammaire du français. C’est à dire que votre enfant peut se baser sur ses connaissances en langue de scolarisation pour lire / écrire et comprendre la grammaire. Il suffit juste de savoir quels éléments susciter dans la langue de scolarisation et de les rappeler au moment de l’apprentissage du français.

Ce procédé est le même que celui utilisé pour apprendre une langue étrangère mais en version accélérée car votre enfant parle déjà le français. Et c’est tellement plus facile et dynamique pour les enfants ! En suivant cette méthodologie de la grammaire contrastive et en suivant un programme structuré de préparation au DELF (comme celui utilisé par Parlamamie) les enfants sont non seulement capables de lire et écrire assez rapidement mais surtout de communiquer à l’oral de façon plus organisée et d’écrire des textes utiles au quotidien (carte postale, présentation de la famille, d’un film…).

Alors que le CNED reste orienté sur des textes « littéraires » et de la grammaire, le programme du DELF (Diplôme d’étude en langue française) permet d’être dans une activité tout de suite communicative et actionnelle en français, à l’oral et à l’écrit.

Donc, chers parents, si vous n’avez pas le temps, les moyens, la patience de faire le programme du CNED, ce n’est pas grave, c’est peut être même mieux… Ne culpabilisez pas !

En conclusion de cet article, je vous dirais en tant que linguiste professeure de français langue étrangère et seconde, pour les petits francophones expatriés scolarisés en langue latine ou germanique :

Non au CNED qui reste efficace pour une scolarisation à domicile mais limité et répétitif en cas de scolarisation en école locale / internationale.

Oui à l’apprentissage contrastif du français en créant des ponts entre les langues de votre enfant grâce à un programme dynamique et accès sur la communication et l’action dans le monde réel.

Cet article a pour but de répondre aux inquiétudes et aux doutes des parents francophones expatriés dans un pays dont la langue véhiculaire n’est pas le français. Si vous pensez que des précisions sur l’acquisition des langues langues est nécessaire, merci de laisser un commentaire ou de m’envoyer un email.

Laisser un commentaire